« Avec Stéphane et sa visite du Toulouse artistique, je me suis rendu compte que je ne connaissais pas si bien que ça ma ville natale ! Il m’a confié son appareil photo, et je m’en suis donné à cœur-joie ! J’ai prévu de passer quelques jours en mai à Londres, je pense solliciter des SmartGuides londoniens pour découvrir des coins sympas ! »


Qui es-tu ? Je suis Jérôme Soula, j’ai 25 ans

 À quelle visite as-tu assisté la semaine dernière ? À la première visite guidée avec Stéphane, le vendredi 6 mars, on a visité les beaux-arts et continué aux alentours des carmes, pour terminer au Speak Easy, boulevard Carnot, pour la soirée Clutchorama.  

Comment as-tu entendu parler de cette visite avec Guide Like You ? J’ai été informé sur Facebook, l’évènement étant sur la page Guide Like You.

 À quoi t’attendais-tu ? Je ne m’attendais pas à une visite comme ça: tout d’abord, Stéphane m’a confié son appareil photo, et je m’en suis donné à cœur-joie ! Aux Beaux-arts, les étudiants nous ont expliqué le thème de leurs œuvres, présenté leurs travaux, ce qui était très intéressant.

Qu’en as-tu pensé de manière générale ? Ce qui m’a surpris, c’est le nombre d’anecdotes historiques dont nous a fait part Stéphane, sur la plupart des rues ou bâtiments de notre ville, je me suis rendu compte que je ne la connaissais pas si bien, malgré le fait que j’y sois né et y ait grandi. Encore une fois, très intéressant! Je me suis même retrouvé à expliquer à des amis les choses que j’avais apprises lors de cette visite, en passant devant certaines rues ou bâtiments. À la fin, nous sommes allés boire un verre ensemble, chose peu commune lors de simples visites guidées ! J’ai été ravi et très enthousiaste au sujet de Guide Like You, au point d’en avoir parlé à tout mon entourage.

 Quel point ou anecdote t’a particulièrement marqué dans cette visite thématique ? L’église de la Daurade, qui doit son nom à sa façade qui était à l’origine entièrement dorée, ou encore la vierge noire qui se trouve à l’intérieur, qui doit sa couleur à la fumée dégagée par les cierges brûlés juste en dessous. La rue Tripière aussi, qui était la rue des bouchers à l’époque, on imagine le sang des bêtes couler dans les rigoles, assez morbide, mais intéressant de le savoir.

 Voudrais-tu de nouveau participer à une balade avec un SmartGuide de Guide Like You ? Ce serait avec plaisir que je participerai à une prochaine visite thématique!

Publicités

Jérôme, 25 ans